Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Impropriétés



Frapper

 

Il est tout à fait correct d’employer le verbe frapper dans le sens de « donner un coup (ou des coups) », ou encore dans des expressions comme frapper à la porte, frapper le sol du pied, frapper un grand coup.

 

Exemples :

 

- Durant toute la partie, les joueurs n’ont pas cessé de se frapper.

- En augmentant les taxes sur le tabac, le gouvernement a voulu frapper un grand coup.

 

 

Au sens figuré, frapper peut signifier « atteindre » en parlant d’un projectile, d’une maladie ou d’un mal, ou « réfrigérer » en parlant d’une bouteille.

 

Exemples :

 

- La maladie l’a frappé dans la fleur de l’âge.

- La balle l’a frappé en plein front.

- Est-ce que quelqu’un a pensé à frapper le champagne?

 

L’emploi du verbe frapper est fautif au sens de « heurter, entrer en collision ».

 

Exemples :

 

- En dévalant la pente, la skieuse a heurté un entraîneur. (et non : a frappé un entraîneur)

- Le chauffard a heurté un muret de ciment. (et non : a frappé un muret de ciment)

- À cause du verglas, plusieurs véhicules sont entrés en collision. (et non : se sont frappés)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles