Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Autres questions de vocabulaire



Avoir de la misère

 

La locution verbale avoir de la misère (à, avec, etc.) s’emploie de façon familière, et surtout à l’oral, au sens d’« avoir de la difficulté » ou « avoir du mal ». À l’écrit, dans une langue plus soutenue, il est préférable de remplacer cette locution par l’une ou l’autre des expressions suivantes : avoir de la difficulté, avoir (de la) peine à, avoir du mal à.

 

Exemples :

 

- À l’école, Paul a bien de la misère avec son français cette année.

- Ils ont eu de la misère à le convaincre qu’il avait tort.

- Les travailleuses ont eu beaucoup de misère à obtenir ces conditions.

- J’ai de la misère à le croire.

 

On écrirait préférablement :

 

- À l’école, Paul a beaucoup de difficulté en français cette année.

- Ils ont eu du mal à le convaincre qu'il avait tort.

- Les travailleuses ont eu beaucoup de peine à obtenir ces conditions.

- J’ai peine à le croire.

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles