Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le nom > Pluriel des noms > Emprunts et mots étrangers



Pluriel des emprunts et des mots étrangers

 

On se demande encore parfois s’il faut écrire le pluriel des mots empruntés à d’autres langues suivant la graphie plurielle de la langue d'origine ou selon les règles du français. Serait-il préférable, par exemple, d’écrire des concerti (pluriel de concerto en italien) ou des concertos (le s étant généralement la marque du pluriel en français)? Par ailleurs, des graffiti et des spaghetti, qui sont déjà des pluriels en italien, sont-ils corrects en français lorsqu'on les emploie au singulier (un spaghetti, un graffiti)?

 

L’Office québécois de la langue française recommande de former le pluriel des mots empruntés à d’autres langues, composés ou non, en ajoutant un s comme on le fait normalement en français : un fox-trot, des fox-trots; une mezzo-soprano, des mezzo-sopranos (parfois mezzos-sopranos); un scénario, des scénarios; etc. Cette recommandation s’applique tout autant aux mots dont la graphie devenue courante dans notre langue est déjà une forme plurielle dans l’autre langue : un graffiti (pluriel de graffito), des graffitis; un ravioli (pluriel de raviolo), des raviolis; un confetti (pluriel de confètto), des confettis; etc.

 

Cette règle s’applique également aux mots d’origine latine : un maximum, des maximums; un média, des médias. En revanche, les mots ayant valeur de citation restent invariables : des mea culpa (ou des mea-culpa, voire des méa-culpa), des Pater. Quant à curriculum vitæ, il reste invariable en orthographe traditionnelle, mais on écrira des curriculums vitæ en orthographe rectifiée.

 

De la même manière, le mot taliban prendra un s au pluriel : un taliban, des talibans (tout comme un fedayin, des fedayins).

 

Nous pouvons donc dire, en résumé, qu'il faut toujours marquer le pluriel de la manière prescrite par la grammaire française. Conserver les formes de la langue d'origine quand un mot entre dans l'usage français reviendrait à introduire autant d'exceptions et donc, à terme, des complications et des difficultés grammaticales. C'est pourquoi il est recommandé également que la féminisation des adjectifs dérivés de ces mots d'origine étrangère suive la règle générale de formation des féminins en français. On dira par exemple : un État taliban, une organisation talibane.

 

Retenons enfin que les mots terminés par s, x, z restent invariables : des ersatz, des télex, des index, des blues.

 

 

Pour en savoir davantage sur l’orthographe rectifiée, vous pouvez consulter la section Rectifications de l’orthographe.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles