Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les sigles, abréviations et symboles
Les abréviations > Règles de l'abréviation



Pluriel des abréviations

 

La plupart des abréviations ne prennent jamais la marque du pluriel. C’est le cas entre autres des symboles d’unités de mesure.

 

Exemples :

 

- 10 m (mètres)

- 20 km (kilomètres)

 

La même règle s’applique dans le cas des abréviations qui se terminent par un point abréviatif.

 

Exemples : 

 

- art. 8, 10 et 13 (articles)

- p. 120 à 125 (pages)

 

Quand la dernière lettre de l’abréviation est aussi la dernière du mot, et qu’il n’y a donc pas de point abréviatif, le s est toutefois courant.

 

Exemples :

 

- Srs ou Srs (sœurs)

- Éts ou Éts (établissements)

- Sts ou Sts (saints)

- Mmes ou Mmes (mesdames)

- 1ers ou 1ers (premiers)

- nos (numéros)

- Mes (maîtres)

 

Dans les deux derniers cas (numéros, maîtres), les deux dernières lettres sont surélevées pour éviter toute confusion avec les adjectifs possessifs nos et mes.

 

Le pluriel de certaines abréviations se marque au moyen du redoublement de consonnes suivies du point abréviatif.

 

Exemples :

 

- RR. PP. (révérends pères)

- MM. (messieurs)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles