Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Index thématique
La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Curriculum vitæ



Lettre d'accompagnement du curriculum vitæ

 

La lettre d’accompagnement du curriculum vitæ, également appelée lettre de candidature ou lettre de motivation, est un écrit dont le but est de susciter, chez la personne qui recrute, un intérêt tel que cette dernière étudiera attentivement le curriculum vitæ qui lui parvient et qu’elle désirera rencontrer le candidat ou la candidate lui ayant envoyé le document.

 

En réalité, la lettre d’accompagnement n’est pas toujours lue avant le curriculum vitæ; l’examen initial d’une candidature est souvent très vite effectué. Tout curriculum vitæ (et toute demande d’emploi faite au moyen d’un formulaire) doit cependant être envoyé avec une lettre d’accompagnement. Il s’agit d’une convention dont le non-respect peut constituer un critère de rejet instantané de la candidature soumise. Évidemment, quand un curriculum vitæ retient l’attention d’un recruteur, la lecture de la lettre qui y est jointe peut réellement influencer sa décision de rencontrer un candidat, et ce, peu importe l’ordre dans lequel les documents sont examinés.

 

La lettre d’accompagnement doit donc faire valoir les qualités, les expériences et les réalisations du candidat ou de la candidate en relation avec les exigences du poste convoité. Elle doit aussi montrer son intérêt pour le poste. Inutile de préciser qu’elle doit être exempte de fautes d’orthographe, de grammaire, de syntaxe ou de typographie, et qu’elle doit suivre les règles de présentation de la correspondance d’affaires. Pour en savoir davantage à ce sujet, on consultera la section Lettre.

 

La lettre d’accompagnement doit être brève et aller droit au but. Elle comprend trois ou quatre paragraphes qui tiennent sur une seule page. Chacun vise des objectifs particuliers.

 

Le premier paragraphe présente le candidat et précise le but de la lettre : veut-il postuler un emploi, demander une entrevue ou prendre un rendez-vous pour obtenir plus d’information sur l’entreprise? Le candidat mentionne le poste qu’il désire occuper et, si ce poste est vacant, il signale la façon dont il a appris la vacance (endroit où il a vu l’offre d’emploi, nom de l’employé qui lui en a parlé, etc.).

 

Dans le deuxième paragraphe, le candidat ou la candidate expose les principales qualités, connaissances ou compétences qui font de lui ou d’elle la personne idéale pour occuper le poste et les illustre, si c’est possible, par des exemples ou des réalisations démontrant qu’il ou qu’elle serait en mesure de bien remplir ses fonctions. Le candidat peut recourir aux exigences énoncées dans l’offre d’emploi et à la description du poste offert pour faire des liens entre les compétences recherchées et sa formation, son expérience et ses réalisations. On recommande toutefois d’éviter l’énumération de réalisations, ce qui doit plutôt être fait dans le curriculum vitæ lui-même. Il s’agit plutôt ici de mettre en valeur un ou deux points forts, par exemple, un emploi similaire, un stage, une formation particulière en relation avec le poste.

 

Dans ce deuxième paragraphe (si la lettre est courte) ou dans un paragraphe additionnel (si elle est plus longue), la personne qui pose sa candidature manifeste l’intérêt qu’elle porte au poste et à l’entreprise ou à l’organisme qui l’offre. Elle prouve sa connaissance de l’entreprise ou de l’organisme ainsi que sa compréhension des caractéristiques précises du poste. Quelques recherches sur l’entreprise ou l’organisme suffisent normalement pour trouver les renseignements nécessaires à la personnalisation de la lettre.

 

Le dernier paragraphe permet de solliciter une rencontre avec la personne qui recrute. Le candidat peut lui faire part de ses disponibilités et même lui signaler qu’il communiquera avec elle, surtout dans le cas d’une candidature spontanée (candidature soumise sans avoir au préalable vérifié si l’entreprise avait ou non des offres d’emploi dans le champ d’intérêt ciblé). Ce paragraphe est suivi de la salutation d’usage, de la signature, des coordonnées du candidat et de la mention pièce jointe. Pour en savoir davantage au sujet de cette mention, on consultera l’article Pièces jointes.

 

La lettre d’accompagnement ne doit pas être rédigée comme si elle était une circulaire composée de phrases toutes faites. Elle doit laisser transparaître la personnalité du candidat. Pour que ce dernier puisse se démarquer des autres, elle doit être pensée en fonction du poste convoité, mais aussi en fonction de l’entreprise ou de l’organisme qui offre ce poste.

 

Des exemples de lettres d’accompagnement sont présentés dans les sections Curriculum vitæ et Exemples de lettres.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles