Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Index thématique
Les anglicismes
Anglicismes phraséologiques



Faire une différence

 

S’il est possible, en français, de faire la différence entre une chose et une autre, c’est-à-dire de les distinguer, l’expression faire une différence, sans complément, est un calque de l’anglais to make a difference qui signifie « agir concrètement, changer les choses, apporter sa contribution, compter, innover ». On s’inspirera des exemples suivants pour corriger cet anglicisme.

 

Exemples fautifs :

 

- En appuyant notre organisme, vous contribuez à faire une différence dans la conservation de la nature.

- Pour enrayer la propagation du virus du SIDA, les hommes peuvent faire une différence.

- Les assurances de dommages contribuent à faire une différence dans la vie de chacun.

- Notre mission : faire une différence au Canada et à l’étranger.

- Cela fait une différence pour moi.

- Elle a fait le saut sur la scène politique pour faire une différence.

- J’aimerais trouver un emploi qui me permette de me réaliser sur le plan professionnel et de faire une différence.

 

On écrira plutôt, par exemple :

 

- En appuyant notre organisme, vous agissez concrètement en faveur de la conservation de la nature.

- Pour enrayer la propagation du virus du SIDA, les hommes peuvent agir.

- Les assurances de dommages contribuent à améliorer la vie de chacun.

- Notre mission : améliorer les conditions de vie au Canada et à l’étranger.

- Cela compte beaucoup pour moi.

- Elle a fait le saut sur la scène politique pour changer les choses.

- J’aimerais trouver un emploi qui me permette de me réaliser sur le plan professionnel et d’apporter ma contribution.

 

 

On trouve aussi la tournure faire la différence, qui, dans son emploi correct, a le sens d’« établir une distinction entre une chose et une autre ». Par contre, cette construction est fautive lorsque c’est l’idée de « créer un écart, prendre l’avantage, faire pencher la balance » qui est exprimée.

 

Exemples fautifs :

 

- Seule la collaboration de tous nous permettra de faire la différence.

- Ce départ parfait a fait la différence pour le patineur de vitesse.

- Le taux de participation de cette région peut faire la différence lors des élections.

 

On écrira plutôt, par exemple :

 

- Seule la collaboration de tous nous permettra de prendre l’avantage.

- Ce départ parfait a créé un écart favorable pour le coureur.

- Le taux de participation de cette région peut faire pencher la balance lors des élections.

 

 

Quant à l’expression faire toute la différence, qui est un calque de l’anglais make all the difference, on la remplacera par « changer complètement la situation, avoir un effet décisif ».

 

Exemples :

 

-Dans cette partie de hockey, les gardiens de but ont eu un effet décisif.
(et non : ont fait toute la différence)

- Ça aurait changé complètement la situation s’il m’avait dit la vérité dès le départ.
(et non : fait toute la différence)

 

 

En outre, notons que faire une différence et faire la différence ne sont généralement pas interchangeables. Toutefois, dans certains contextes, les deux peuvent signifier « changer les choses ».

 

Exemple :

 

- Pour changer les choses, fais carrière dans le domaine de la santé. (et non : Pour faire la différence, ni : Pour faire une différence, fais carrière dans le domaine de la santé.)

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : juillet 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles