Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Index thématique
La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Correspondance > Lettre



Post-scriptum

 

On appelle post-scriptum une note succincte que l’on place au bas d’une lettre, immédiatement après la signature, avant les mentions complémentaires (initiales d’identification, pièces jointes et copie conforme). Son emploi n’est guère recommandé dans la correspondance administrative ou commerciale; il vaut mieux intégrer toute l'information au texte de la lettre.

 

Auparavant, cette mention permettait de réparer un oubli sans avoir à retaper la lettre. Aujourd’hui, avec le traitement de texte, elle ne peut servir à cet effet, car il est maintenant facile d’ajouter un renseignement dans le corps de la lettre. On peut par contre y avoir recours lorsque l’on veut insister sur un point particulier. On utilise alors l’abréviation P.-S., suivie d’un tiret, et la phrase qui suit commence par une majuscule. La mention Nota bene (N. B.) est à éviter dans la correspondance commerciale ou administrative, car le texte de la lettre doit être complet en soi.

 

Exemple :

 

P.-S. – Exceptionnellement, le stationnement sera gratuit toute la journée.

 

Il est à noter qu’une lettre ne devrait pas contenir plus d’un post-scriptum; cela pourrait alourdir le message et lui conférer un style brouillon qui trahirait un manque de professionnalisme.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles