Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Index des nouveautés
La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Doublets abrégés



Les signes à privilégier       Nouveauté

 

Selon ce qui est indiqué dans l’avis de l’Office québécois de la langue française sur la féminisation des appellations de personnes et la rédaction épicène, dans les textes en général, l’utilisation des doublets abrégés (formes tronquées) n’est pas recommandée. Toutefois, étant donné que la rédaction épicène s’avère trop souvent mise de côté au profit du masculin générique par manque de place, l’Office juge que l’emploi des doublets abrégés peut alors devenir une option dans les contextes où l’espace est restreint (par exemple, les tableaux, les formulaires, les publications dans des plateformes de microblogage) ainsi que dans les écrits de style télégraphique.

 

 

Dans l’usage, différents signes de ponctuation servent à créer des doublets abrégés : majuscule, point médian, barre oblique, trait d’union, virgule, point, parenthèses ou crochets. Tous les signes, excepté les signes doubles que sont les parenthèses et les crochets, entraînent des difficultés de rédaction, de lecture ou de compréhension. Par conséquent, l’Office québécois de la langue française privilégie l’emploi des parenthèses ou des crochets dans les doublets abrégés.

 

Exemples :

 

Autorisation du (de la) directeur(-trice)

Nom de l’adjoint(e) administratif(-ive)

Signature de l’expert[e]-comptable

Validation par le [la] réviseur[-euse] agréé[e]

 

Il est à noter qu’on rencontre déjà dans l’usage les parenthèses pour introduire, dans un énoncé, une alternance possible entre le singulier et le pluriel. Y recourir pour montrer une alternance envisagée entre le féminin et le masculin constitue une extension d’emploi logique, d’autant plus que l’utilisation des parenthèses est déjà très répandue pour former des doublets abrégés. Cependant, pour certains ou certaines, utiliser les doublets abrégés équivaut à réduire la visibilité de la femme à un suffixe, et inscrire ce dernier entre parenthèses contribue à mettre la femme elle-même entre parenthèses. Ces arguments ne peuvent être objectivement contrés d’un point de vue linguistique, puisqu’ils sont d’ordre sociologique ou symbolique. Cela dit, l’emploi des crochets constitue une solution de rechange pour les tenants et tenantes de ces arguments.

 

Dans tous les cas, il convient d’adopter des signes identiques, parenthèses ou crochets, dans un même écrit, pour en faciliter la lecture.

 

 

Compléments :

 

Les types de doublets abrégés (Doublets abrégés)

Les signes non retenus (Doublets abrégés)

Parenthèses d’alternative (Parenthèses)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles